Taxi ! - Récits depuis la banquette arrière
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 08 Septembre 2021
Résumé | Test Complet | Images
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Scénario : Aimée De Jongh

L'album "Taxi !" est paru en 2019 aux Pays-Bas aux éditions Scratch. Après ses albums "Le retour de la Bondrée" et "L'obsolescence programmée de nos sentiments", qui ont été largement acclamés, Aimée de Jongh a pensé que le moment était venu d'adopter une approche autobiographique. Non pas qu'il faille s'attendre à de grandes confessions dans "Taxi", mais Mme De Jongh s'inspire de ses propres expériences. Les livres de De Jongh vous rapprochent des personnages. Bien sûr, les actions et les événements sont importants, mais en lisant, on rencontre surtout des gens. Ils sont bien étudiés sur le plan psychologique, sans être expliqués, ce qui les rend intéressants. Derrière toutes ces histoires se cache une vision du monde dans laquelle, par définition, les gens sont abordés avec confiance et espoir. En principe, les gens sont bons, donc vous pouvez vous montrer à ces gens. Dans Taxi !, cela se fait en croisant les histoires de quatre courses de taxi (à Los Angeles, Jakarta, Washington DC et Paris). Un personnage qui ressemble clairement à l'auteure monte à l'arrière du taxi. Il y a les problèmes de circulation, il y a d'autres choses qui font qu'une course en taxi ne se passe pas sans heurts, mais surtout, il y a quatre rencontres entre celle que nous appellerons la passagère par commodité et le chauffeur de taxi. Le conducteur peut être ouvert et accessible, ou bien distant. Mais l'auteure n'est pas non plus la même à chaque fois, car elle effectue ces quatre voyages à différentes phases de sa vie. Une fois, elle a traversé une période sans contact et cherche un interlocuteur ; une autre fois, elle est mieux établie en tant que dessinatrice et a davantage confiance en elle. Les conducteurs ne deviennent jamais des types. Après une page, on pense savoir ce qu'est un tel conducteur, mais il y a toujours une couche plus profonde. Cela aussi est basé sur la vision du monde qui se dégage des histoires : les gens sont complexes et ont tous leur propre passé et chaque personne mérite une chance et si elle la gaspille, elle mérite une seconde chance.

Cela rend ses livres chaleureusement humains. L'ouverture d'esprit avec laquelle De Jongh aborde les autres est aussi celle avec laquelle elle se regarde elle-même. La passagère, qui est un dédoublement, correspond probablement en grande partie à elle-même. Elle ose voir et montrer son propre malaise ou sa propre gêne et désarme ainsi le lecteur. Naturellement, Taxi ! est également dessiné dans le style familier et clair, cette fois en noir et blanc, tout comme la Bondrée. Dans les visages, une grande attention est accordée à la mimique. Il est toujours clair, même s'il est parfois un peu excessif. Les yeux sont souvent plissés lorsque le personnage est légèrement désorienté. D'autre part, il convient également au personnage qui ne se cache pas et exprime ouvertement ses émotions. Les personnages complets semblent toujours avoir le côté court chez Aimée de Jongh. Il est rare de rencontrer une personne grande et élancée. Taxi se termine par un épilogue dans lequel la passagère rencontre une connaissance à l'aéroport de Los Angeles. Elle est heureuse de la voir : "J'avais besoin d'un visage familier. L'ami répond : "Oui. Tu dois te sentir seul ici. N'est-ce pas ? Puis la passagère dit : "Allons-y". Cela semble simple, mais il s'agit d'une scène à plusieurs niveaux. Le lecteur sait que l'auteure traverse effectivement une période de solitude, mais il semble qu'elle ne veuille pas en parler davantage. Peut-être parce qu'elle ne veut pas accabler ses proches avec ça, peut-être parce qu'elle ne veut pas se montrer seule ou faible. Lorsque cette personne veut commander un Uber, l'auteure dit "J'ai une meilleure idée". Le lecteur sait pourquoi. C'est une excellente façon d'engager le lecteur. Il y a là quelque chose de conspirateur : le lecteur et la passagère en savent plus que l'autre personnage. Peut-être y a-t-il une sorte de quête d'intimité dans toute l'œuvre d'Aimée de Jongh : entre les personnages, mais aussi entre le lecteur et les personnages. Cela semble être un plaidoyer pour l'humanité : voir l'autre, se voir soi-même. Les gens font des erreurs et ont leurs défauts, c'est comme ça. Voyez-les, mais pardonnez-les, chez les autres comme chez vous. Formulé ainsi, il semble que les histoires de De Jongh contiennent un sermon positif, ce qui n'est absolument pas le cas : elle raconte une histoire, et une bonne histoire, et dans cette histoire, les gens interagissent de manière naturelle et plausible. En tant que lecteur non averti, vous lisez l'histoire en douceur et l'appréciez. On y rencontre des personnes qui regardent leurs semblables d'un œil compréhensif. Le monde extérieur n'est pas aussi amical, bien sûr. Ce n'est pas pour rien qu'il y a une référence dans Taxi aux attentats de Charlie Hebdo et du Bataclan. Mais surtout dans un monde de violence, de polarisation ou de tempêtes Twitter, il est bon de montrer une autre facette des gens. C'est ce que fait Aimée de Jongh. Le taxi est un baume pour nos âmes.

VERDICT

-

Chaque histoire de "Taxi !" est comme un cadeau que l'on déballe soigneusement et que l'on chérit. Aussi petits et banals qu'ils puissent paraître, les grands thèmes d'une vie humaine remontent sans cesse à la surface. La solitude, l'amour, le chagrin, mais aussi les nombreuses similitudes qui existent entre toutes ces différences. Et comme seul De Jongh peut le faire, cela est à nouveau dépeint de manière très naturelle. Chaque histoire se déroule en grande partie dans l'espace limité d'un taxi, mais on ne s'ennuie jamais. De Jongh conduit le lecteur sans méfiance à travers l'histoire comme si ce n'était rien, cela fait de "Taxi !" une ode merveilleuse, car jamais intrusive, à l'une des professions les plus sous-estimées qui soient. Aimée de Jongh a encore frappé.

© 2004-2022 Jeuxpo.com - Tous droits réservés