13 Sentinels : Aegis Rim
Plate-forme : PlayStation 4 - PlayStation Vita - Nintendo Switch
Date de sortie : 22 Septembre 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action/Aventure
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


7.5/10

Vanillaware revient avec 13 Sentinels: Aegis Rim et son intrigue prenante suivant treize destins croisés dans un univers de science-fiction.

Des mechas au lieu de magiciens.

Vanillaware (Odin Sphere, Dragon's Crown) s'est fait un nom au cours des quinze années de l'entreprise, notamment pour des jeux en 2D d'une beauté séduisante. Jusqu'à présent, le studio basé à ?saka a principalement utilisé des décors de fantaisie classique et le gameplay a surtout été un mélange de jeu de rôle d'action et de bagarre. Avec 13 Sentinels : Aegis Rim, le gameplay et le choix du scénario sont complètement différents. Au lieu de motifs médiévaux, de sorciers et de créatures mythiques, le jeu reprend cette fois-ci les concepts de Mechs, de voyage dans le temps et de science-fiction et raconte l'histoire du point de vue de 13 personnages. L'action se déroule en grande partie dans une version fictive de 1985, avec un groupe de lycéens dont la vie change brusquement lorsque le Japon est confronté à une invasion alien. Ce que tous les protagonistes ont en commun, c'est qu'ils sont capables de contrôler les sentinelles éponymes, des robots géants. Selon la volonté du gouvernement japonais, ils doivent les utiliser pour défendre leur patrie contre les envahisseurs ennemis. George Kamitani, qui était responsable du scénario et de la réalisation, s'est inspiré non seulement du grand classique de l'anime "Neon Genesis Evangelion", mais aussi de nombreuses autres œuvres, comme War of the Worlds, Terminator et Matrix, et a entremêlé dans son propre récit de nombreuses approches qui y figurent. C'est pourquoi de nombreux décors motivants et narratives apparaissent dans 13 Sentinels : Aegis Rim, qui n'est cependant pas un patchwork de ses sources d'inspiration, mais quelque chose qui lui est propre, ce qui est très gratifiant. Au début, c'est assez déroutant.

L'histoire n'est pas racontée de manière linéaire, mais fait des allers-retours entre les années 1945, 1985, 2025 et même plus loin dans le futur. Les personnages apparaissent parfois comme de petits enfants, parfois comme des adultes, parfois avec des noms et des apparences complètement différents. Ce qui se cache derrière les monstres mécaniques appelés Deimos, les Sentinelles, leurs pilotes et l'organisation en arrière-plan est difficile à interpréter pendant longtemps. Et puis il y a un chat qui parle, plutôt méchant, mais quelque peu aimable. Mais ce sont les nombreuses questions qui sont posées qui rendent l'histoire si passionnante. Quand on assemble petit à petit les pièces du grand puzzle, quand on joue une scène connue d'un point de vue différent plus tard, quand on arrive à la fin d'un chapitre et qu'on en découvre la suite après quelques heures - tout cela est incroyablement excitant et satisfaisant ! Le seul bémol, c'est que si vous connaissez les œuvres mentionnées précédemment, dont Kamitani s'est inspiré, vous ne tomberez peut-être pas de votre chaise à chaque tour. Néanmoins, vous vous amuserez avec l'histoire jusqu'à la fin, notamment grâce aux personnages principaux. Le fait que 13 Sentinels : Aegis Rim soit raconté entièrement du point de vue des lycéens ne devrait pas être dissuasif, car même si la production ne peut éviter l'utilisation de certains clichés et, pour les standards de Vannillaware, étonnamment peu de fanservice, les protagonistes sont bien plus que les stéréotypes qu'ils semblent être au départ. Grâce au temps intensif passé avec chaque personnage, non seulement vous apprenez à mieux les connaître, mais vous créez aussi un lien solide avec eux. Takatoshi Hijiyama et Keitaro Miura, qui remontent tous deux à 1945 et qui sont initialement aveuglés par les idéaux de l'empire en déclin, font partie des favoris. Si le premier apprécie la période de l'après-guerre, notamment pour ses hauts faits culinaires, en particulier les Yakisobapan (nouilles en sauce dans un petit pain brioché), l'histoire de Miura, qui recherche d'abord sa petite sœur, est assez touchante. Pour un jeu japonais, il y a étonnamment de nombreux parallèles avec l'histoire récente et contemporaine, dans laquelle la critique sociale est toujours présente.

Un roman visuel sous la forme d'un jeu d'aventure.

Le parcours individuel de chaque personnage consiste en six épisodes d'une durée de 20 à 30 minutes par partie. Cependant, vous ne pouvez pas terminer tous les chemins en même temps, car à certains moments, certaines conditions doivent être remplies, par exemple une progression du caractère x au point y. Il est donc inévitable que vous sautiez d'un protagoniste à l'autre. L'organigramme, avec lequel la progression de chaque figure est enregistrée, aide ici à la vue d'ensemble et donne également des conseils utiles. Par exemple, à certains endroits, vous ne pouvez déclencher la progression qu'en ayant un certain mot-clé ou un certain élément et en l'utilisant. 13 Sentinels : Aegis Rim est assez sociable ici. En général, un déroulement du jeu détendu semble plus important pour les créateurs que la complexité ludique. Il n'y a pas de possibilités de réponses différentes dans les dialogues, il n'y a pas non plus de fins alternatives et un véritable échec dans les parties d'aventure n'existe pas non plus. Qualifier 13 Sentinels de jeu d'aventure est donc peut-être même trompeur, parce qu'au fond c'est plutôt un roman visuel. L'interaction avec l'environnement est limitée au minimum, au lieu de cela on lit surtout des dialogues. Non seulement ils sont bien écrites, mais ils sont aussi traduits en français. Les doublages japonais sont bien sur de la partie, mais une mise à jour Day One permet également de choisir les voix anglaises. Cependant, le point fort, et Vanillaware reste fidèle à lui-même, est la conception visuelle. Les arrière-plans, en particulier, qui nous ont fait penser à Van Gogh sur le plan stylistique, sont tout simplement d'une beauté à couper le souffle.

Les développeurs rompent avec les combats, tant sur le plan stylistique que ludique. Ceux-ci se déroulent depuis une vue de dessus et reposent sur un mélange d'éléments de tactique en temps réel et de défense de la tour. En fait, l'objectif est toujours de défendre une tour, où jusqu'à six personnages peuvent être utilisés pour repousser les ennemis qui attaquent. Chaque personnage a des options offensives et défensives différentes. Certains peuvent couvrir une grande partie du champ de bataille avec une attaque d'artillerie, d'autres utilisent des lasers focalisés pour prendre une seule cible sous un feu nourri. Les boucliers peuvent être utilisés pour protéger votre équipe contre les attaques, les attaques EMP peuvent paralyser les boucliers ennemis et faire tomber les ennemis volants. Au début, nous jouions les combats au niveau de difficulté normal, mais les batailles n'étaient ni difficiles ni très amusantes. Même si les combats ont un sens en termes de contenu, 13 Sentinels : Aegis Rim aurait très bien fonctionné sans eux.

VERDICT

-

Même si nous n'avons pas été surpris par chaque rebondissement du contenu, les batailles en temps réel semblent être un morceau imposé et le vide occasionnel transparaît dans les dialogues, 13 Sentinels : Aegis Rim est toujours une expérience assez excitante qui s'avère captivant pendant ses quelques trente heures de jeu. Le nouveau titre de Vanillaware vit avant tout de ses personnages et de la narration forte ainsi que des images d'une beauté séduisante, qui sont accompagnées d'une musique agréablement discrète.

© 2004-2022 Jeuxpo.com - Tous droits réservés