Undertaker tome 6 : Salvaje
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 27 Août 2021
Résumé | Test Complet | Images
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8.5/10

Scénario : Xavier Dorison   
Dessin : Ralph Meyer   
Couleurs : Caroline Delabie

Le fossoyeur Jonas Crow a de gros problèmes. Sa Rose bien-aimée l'a abandonné. Il n'y a pas beaucoup de temps pour faire son deuil. Crow reçoit une mission de Sid Beauchamp. Sid est un ami d'enfance de Crow, de l'époque où ils vivaient à la Nouvelle-Orléans. Entre-temps, Sid a accédé au poste de shérif de Tucson et est sur le point d'épouser la riche veuve Josephine Barclay. Mais Joséphine a posé une condition au mariage : elle veut récupérer le corps de son fils assassiné, Caleb. Son corps est en territoire apache au cœur de l'Arizona. C'est à Crow d'aller chercher les restes de Caleb. Une tâche plutôt difficile en soi. Mais la situation devient encore plus complexe lorsque Crow découvre que Caleb n'a pas été assassiné en tant qu'esclave des Indiens. Au contraire, Caleb s'avère avoir été un chef de la résistance indienne, sous le nom de guerre l'indien blanc, et être mort empoisonné... par Beauchamp lui-même. Jonas Crow veut que justice soit faite et que la vérité éclate au grand jour. Mais très vite, il est capturé avec Salvaje (la femme de Caleb) et son petit garçon Chato. Pourtant, Crow parvient à la convaincre de revenir avec lui. Beauchamp savoure son triomphe : Il pourra enfin épouser Joséphine, la femme la plus riche de Tucson. À condition que Jonas Crow s'en tienne à la version officielle et ne révèle à personne que Sid est responsable de la mort de son fils. Mais Salvaje, qui obtient l'aide de Jonas, est déterminé à se venger au nom de l'Indien blanc...

Lorsque le premier album d'Undertaker est sorti en 2015, nous avons immédiatement été attié par la série du scénariste Dorison et de l'illustrateur Meyer, tant elle semblait avoir inventé un nouveau genre de western. Prendre un fossoyeur comme personnage principal était de toute façon une décision ingénieuse. Délicieusement original. Il n'est pas facile d'être innovant dans le genre western. Et d'avoir continué ainsi pendant plus de six ans. Trois diptyques captivants plus tard, la série reste à un niveau élevé et solitaire. Des visages expressifs, des caractères psychologiquement profonds. Une énorme attention portée aux décors. Et les couleurs exceptionnellement attrayantes de Caroline Delabie. Un mélange unique, et la sauce est délicieuse. Le dessin de Ralph Meyer semble s'être encore magnifié depuis le précédent volet, avec un trait vif et précis. Les cadrages sont dynamiques, tout comme les émotions des personnages sont bien mises en valeur par la partie graphique. La fin de cette histoire pourrait en fait être la fin définitive de la série, mais heureusement la pierre tombale sur le rabat arrière annonce déjà le titre du septième album. Continuez comme ça !

VERDICT

-

Undertaker revisite les codes du western et présente une tonalité plus sombre que beaucoup de séries du genre. Désormais, le héros met le cap vers l'Arizona dans un récit torturé et riches en péripéties. Le dessin affiche une mise en couleur très tonale, un trait réaliste, tandis que le récit montre un personnage au passé sombre désabusé prêt à tout pour accomplir la mission qu'il s'est fixé ou qu'on lui a imposé (c'est selon). Voici la conclusion spectaculaire d'un diptyque marquant !

© 2004-2022 Jeuxpo.com - Tous droits réservés