Resident Evil 6
Plate-forme : Xbox 360 - PC - PlayStation 3
Date de sortie : 02 Octobre 2012
Résumé | Test Complet | Actualité | Commentaires
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action
Multijoueur :
Oui
Jouable via Internet :
Oui
Test par

Nic007


7/10

Resident Evil 6 se présente comme le volet du changement. Mais était-il vraiment souhaitable ?

Une évolution gagnante ?

Trois ans et demi après Resident Evil 5, Capcom lance donc un nouveau volet de sa série d'horreur. Si Resident Evil 4 reste encore aujourd'hui un modèle, ce n'est pas le cas de sa suite parfois critiquée pour son grand conservatisme. Avec Resident Evil 6, la firme japonaise a tentée une nouvelle approche, et incorporée quatre campagnes solo différentes (dont l'une à débloquer). L'intrigue prend place dix ans après l'incident de Raccoon City, et narre le développement du C-Virus, une nouvelle arme pour le moins dévastatrice. L'occasion de constater que le titre est cette fois entièrement doublé en français, à l'instar de Resident Evil Revelations sur Nintendo 3DS. Avec la première équipe, nous retrouvons enfin Leon S. Kennedy (héros des épisodes 2 et 4), désormais accompagné d'Helena Harper. Cette partie est sans doute la plus intéressante du jeu, avec une ambiance qui rappelle RE 4, mais avec une action beaucoup plus musclée. La seconde campagne met en scène Jake Muller (le fils d'Albert Wesker, principal nemesis de la série) et Sherley Berkins (chargée de sa protection).  Ici, l'aventure fait davantage pensée à celle d'un Uncharted, avec des séquences musclées, et de nombreux passages scriptés. La troisième campagne enfin, met en scène Chris Redfield, qu'on ne présente plus, et Piers Nivans (un membre de la branche américaine du BSAA). Le gameplay évolue une fois encore avec une prise en main assez rustre. Tel un Rambo des temps modernes, Chris est armé jusqu'aux dents, et se retrouve face à des ennemis coriaces et pouvant eux mêmes utilisé des armes. Enfin, Ada Wong marque également son retour avec une histoire beaucoup plus classique (avec puzzles et énigmes s'il vous plait) et truffée de clins d'œils aux précédents opus.

De quoi offrir une sixième version pour le moins variée ? Certainement. Mais le titre est aussi parfois très confus, et à dire vrai, Resident Evil 6 n'a plus grand chose à voir que ses illustres ainées, mais fait davantage référence aux jeux d'actions modernes. La jouabilité a d'ailleurs considérablement évolué, hélas pas toujours pour prendre le meilleur. Pour esquiver une attaque en roulant au sol, il faut ainsi viser son arme, appuyer sur la touche pour courir, bouger le stick analogique dans la direction voulue, puis relâcher aussitôt tous les boutons. On a connu beaucoup plus confortable. Ensuite, la gestion de la barre de vie est assez ubuesque. Certes, on retrouve les classiques herbes vertes, mais il faut les combiner pour créer des pilules qu'il faudra ensuite placer dans un pot pour les utiliser. Et comme le jeu dispose d'une pause active (à la manière de Mass Effect 3 par exemple), lorsque vous ferez votre pharmacie, il est tout à fait possible que les ennemis vous attaquent ! Pour ne rien arranger, le système de couverture est fort mal intégré. En effet, pour se mettre à l'abri, RE 6 utilise le même bouton que celui pour viser. Quant aux actions interactive (ou QTE), elles sont plus présentes que jamais, et nuisent considérablement au rythme du jeu.

Techniquement convaincant ?

Sur le plan technique, le bon grain côtoie l'ivraie dans Resident Evil 6. Certains passages sont très réussis, alors que d'autres apparaissent beaucoup moins inspirés, pour ne pas dire vide. Le moteur physique manque également de réalisme, il n'est pas vraiment possible de détruire les décors, à l'exception de quelques éléments. Heureusement, on retrouve une multitude d'effets spéciaux, et des personnages bien modélisés. Les environnements sont également très variés, vous emmenant en Europe de l'Est à la Chine, en passant par l'Amérique du Nord. Quant aux cinématiques, elles s'avèrent très soignées. Sur le plan de l'animation, le titre reste dans la lignée du précédent, et se assez fluide dans l'ensemble. Si la prise en main reste assez rigide, il est toutefois possible de tirer et de courir en même temps (une fonctionnalité là aussi déjà présente dans Resident Evil Revelations).

L'un des points forts de Resident Evil 6 demeure sa durée de vie. Il faut en effet environ sept heures pour terminer l'une des campagnes du jeu, ce qui promet une longue durée de vie, surtout que l'on retrouve un mode co-op beaucoup mieux intégré que dans RE 5, ainsi que des modes multijoueurs bien connus (tels le Mercenaires ou la Chasse à l'homme). Toutefois, Resident Evil 6 n'a plus grand chose à voir avec le jeu des origines, le sentiment de peur étant balayé au profit d'une action incessante. Ajoutons à cela que certains passages sont répétés dans plusieurs campagnes, ce qui amène une certaine redondance. Musicalement parlant, les musiques sont assez inégales. Si en général, les thèmes s'accordent à la situation (quand le rythme s'accélère, vous pouvez être certain qu'un danger est en approche), certains morceaux manquent de consistance.

VERDICT

-

Resident Evil 6 n'a plus grand chose à voir avec ses glorieux ancêtres. On pourrait même qualifier cet opus de mauvais RE, tant l'aspect horrifique a été écarté au profit de l'action ... et des QTE. Quant aux mécaniques de jeu, elles s'avèrent très discutables, le titre n'ayant pas l'étincelle du quatrième opus qui avait su innover sans trop altérer les bases du gameplay. Cependant, le titre de Capcom demeure particulièrement exhaustif, d'une grande variété, et signe une prestation technique plutôt convenable. Un Resident Evil pas extraordinaire donc, mais un jeu d'action divertissant.

© 2004-2018 Jeuxpo.com - Tous droits réservés