Aozora Yell tome 1
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 06 Janvier 2021
Résumé | Test Complet
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


7.5/10

Scénario et dessin :  Kazune Kawahara

Aozora Yell est une série en dix-neuf tomes publiées au Japon aux éditions Shueisha. Le tournoi Koshien est la phase finale du championnat de baseball qui voit s'affronter les équipes des lycées japonais. La compétition tire son nom du stade qui l'héberge, le Hanshin Koshien, situé à Nishinomiya, dans la préfecture de Hyogo. La capacité du stade est de 47 808 personnes et abrite l'équipe professionnelle du NPD Hanshin Tigers. Le tournoi de Koshien est un événement attendu et très suivi par le public japonais. Tsubasa Ono et Daisuke Yamada se sont inscrits au Shirato College pour poursuivre un rêve. Lors d'une pause le premier jour d'école, les deux se retrouvent dans une admiration silencieuse devant les coupes accumulées au fil des années par les prestigieux clubs de l'institut : l'équipe de baseball et le célèbre groupe musical. Saisi par un accès de spontanéité, Tsubasa avoue au nouveau venu que dès son plus jeune âge, elle a eu envie d'apprendre à jouer de la trompette pour se produire avec l'orchestre Shirato lors du tournoi de Koshien. De son côté, Daisuke admet viser Koshien au moins autant que Tsubasa, mais en tant que joueur. Ainsi s'instaure une complicité entre les deux faite d'enthousiasme et d'entraide, qui les verra de temps en temps s'exalter ou s'entraider dans les moments de désespoir. Si pour le brillant Daisuke le vrai défi est d'améliorer son jeu déjà excellent, pour Tsubasa la route de Koshien est pavée d'obstacles: en fait, la jeune fille est une amatrice complète, sans souffle et sans réel talent. Pour les deux rêveurs, donc, des entraînements épuisants, des moments de désespoir et de dures épreuves de volonté arrivent; pourtant, ils sont sûrs, un jour non loin de là, Daisuke jouera dans le tournoi de Koshien tandis que Tsubasa fera sonner sa trompette pour eux deux.

«Tout faire!»: Ces deux mots suffisent à résumer les thèmes, l'ambiance et le sens de cette série. Aozora Yell est une comédie scolaire qui allie sport, musique et sentiment, mais l'aspect caractéristique du titre est l'insistance avec laquelle les personnages travaillent sur leur propre détermination. Tsubasa, Daisuke et leurs amis travaillent dur, transpirent, s'épuisent et se découragent parfois; mais un mot de réconfort leur suffit pour se lever et recommencer à se battre pour atteindre leur but. Impossible de ne pas saisir le Japon orienté vers l'auto-incitation, la lutte pour émerger dans un système éducatif dans lequel être "discret" ne suffit pas, dans lequel "je ne peux pas" se corrige rapidement avec "je n'ai pas tout essayé". Dès les premiers chapitres, les sportifs persévèrent sur le terrain jusque tard dans la soirée, les musiciens combinent des exercices continus avec des courses et des séances abdominales; les entraînements n'atteignent pas les niveaux de sadisme des  années 70, mais il est difficile pour le lecteur de ne pas se sentir coupable pour cette adhésion au club de gym jamais utilisé ou pour ce cours de guitare à moitié abandonné. Bien que doués d'une grande maturité dans la poursuite de leurs aspirations, les protagonistes d'Aozora Yell peinent à donner un nom aux sentiments et à les disséquer; par conséquent, la relation entre Daisuke et Tsubasa est destinée à se développer très lentement, jouant plutôt une fonction de «ressort» pour leurs rêves respectifs. Le lecteur (en particulier occidental) pourrait finalement trouver une série de longue date dans laquelle - la plupart du temps - les protagonistes jouant aux activités du club brûlant d'un enthousiasme peu convaincant. En fait, la délicatesse et la douceur qui caractérisent les dialogues et les gros plans de la série ne suffisent pas à éclipser ce "Mettez y du votre!" qui imprègne le travail.

VERDICT

-

Même si nous nous trouvons devant un titre agréable et soigné, nous avons le sentiment que Kawahara a travaillé dur pour donner corps et crédibilité à deux sous-intrigues - l'une sportive et l'autre musicale - perdant ainsi le contrôle de la fraîcheur et de la spontanéité du résultat final. Un premier tome qui laisse entrevoir beaucoup de potentiel malgré tout.

© 2004-2022 Jeuxpo.com - Tous droits réservés