R-Type Final 2
Plate-forme : PlayStation 4 - Xbox One - Nintendo Switch - Xbox Series X
Date de sortie : 30 Avril 2021
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Shoot'em up
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


7.5/10

Pour la première fois depuis presque vingt ans, vous pouvez profiter de R-Type Final 2, maintenant sur consoles.

R-Type reste R-Type.

Les fans de la série R-Type ont connu un long passage à vide. Après le jeu initialement prévu comme le dernier volet de la série R-Type Final 2004 (PS2) et d'innombrables remakes et compilations, la campagne Kickstarter de R-Type Final 2 lancée mi 2019 a été une lueur d'espoir. Et maintenant, le moment est venu et R-Type Final 2 de Granzella est à présent disponible. Une fois que le menu de démarrage vous accueille, vous pouvez soit vous lancer directement dans l'aventure, soit jeter un coup d'œil au manuel. En tant que nouveau venu dans la série, vous devez absolument le faire. C'est conseillé pour éviter d'être submergé par les power-ups et l'utilisation de ce qu'on appelle la Force (une sphère indestructible et amarrable qui absorbe les projectiles et peut se tirer dessus) au début. Parce que normalement, vous avez déjà assez à faire avec les ennemis et les projectiles. Un tutoriel jouable aurait été bienvenu à ce stade, mais ils veulent probablement rester fidèles aux racines de l'origine arcade de la série. Vous êtes donc projeté dans une cutscene, dans laquelle vous pouvez toujours saluer ou faire un clin d'œil. Après cela, le jeu commence directement (vous pouvez sauter l'intro). En gros, rien n'a changé dans la formule R-Type. Vous contrôlez un vaisseau spatial dans l'espace, des bases spatiales ou des structures organiques et tirez à travers des hordes d'ennemis défendables, l'Empire Bydo. Vous êtes attaqué de tous les côtés et devez placer la Force devant ou derrière vous pour être protégé dans toutes les directions. Cependant, tous ces éléments ainsi que les améliorations individuelles sont pour la plupart déjà connus des jeux précédents et il n'y a absolument aucune surprise.

Dès la première mise à niveau du laser, qui se décline en trois variantes (horizontale, diagonale et verticale/plancher/plafond), vous pouvez vous rabattre sur la force mentionnée ci-dessus. Celle-ci peut être tirée dans la direction correspondante lorsqu'elle est amarrée, puis rappelée. Chaque contact avec les ennemis provoque des dégâts et la Force elle-même, désarrimée et améliorée, tire également sur les ennemis. Il sert également de bouclier contre les tirs, et enfin, absorber les tirs et toucher les ennemis permet de recharger une barre spéciale pour une attaque spéciale dévastatrice. En outre, il existe également des mises à niveau de missiles qui ajoutent des missiles en plus du tir normal, ainsi que des éléments qui peuvent voler au-dessus et au-dessous du vaisseau spatial pour intercepter les tirs et faire des dégâts aux ennemis qui sont trop proches. Le gameplay est typique de R-Type, relativement lent et divisé en sections avec des points de contrôle entre elles. Ainsi, certaines sections ressemblent à de petits puzzles à résoudre. Les commandes sont précises et vous pouvez contrôler soit avec le joystick, soit avec la croix directionnelle. En fonction de la situation, vous pouvez basculer entre quatre vitesses différentes du vaisseau avec les boutons latéraux gauche. Les boutons de droites, quant à eux, sont réservés au tir soutenu (rond), au chargement de l'arme principale (carré), au tir et au rappel de la Force (croix), et à l'arme spéciale (triangle). Et c'est à peu près tout. A part ça, ne vous faites pas frapper. Car, comme c'est souvent le cas dans ce genre de jeux, un coup signifie la mort et la perte de tous les bonus. Après avoir réapparu au point de contrôle, vous devez parcourir à nouveau la section, sans puissance de feu brute. Cela augmente considérablement l'importance de l'itinéraire et la nécessité de manœuvrer avec précision. Dans de telles situations, vous devrez faire preuve de ténacité si vous voulez survivre aux niveaux de difficulté supérieurs.

Défi ou frustration ?

Tout d'abord, une certaine tolérance à la frustration aide certainement. Si vous n'avez pas d'expérience préalable dans des jeux similaires, vous êtes mis à rude épreuve ici. Le fait de savoir que tous les ennemis apparaissent de la même façon et que le jeu comporte peu d'éléments aléatoires aide énormément. Après tout, lorsqu'une section est enfin assimilée, vous pouvez souvent répéter le résultat presque 1 pour 1. Dans tous les cas, le jeu vous donne la possibilité d'essayer presque infiniment souvent au même endroit et semble rarement injuste. Plus vous recommencez souvent le jeu après avoir perdu toutes vos vies/continuités, plus vous recevrez de continuités. Au bout du compte, vous serez autorisé à vous essayer aux sept niveaux, avec 99 continues à votre actif. Chaque fois que vous continuez, vous pouvez modifier votre vaisseau et votre équipement pour avoir de meilleures chances. Vous ne perdez pas non plus le point de contrôle du niveau dans lequel vous vous trouvez. Dès que vous avez terminé un niveau, vous pouvez le sélectionner individuellement, par exemple pour établir un nouveau meilleur score ou pour pratiquer à nouveau une section spécifique.

Les niveaux de R-Type Final 2 sont courts et précis. En fait, il n'y a que sept niveaux, plus deux variantes supplémentaires des niveaux 6 et 7. En outre, il convient de mentionner que la campagne entière et Score Attack des niveaux individuels sont les deux seuls modes de jeu. Cela signifie que le jeu a été limité au strict nécessaire. Cependant, grâce aux cinq niveaux de difficulté différents et aux vaisseaux déverrouillables, vous avez de quoi faire. A condition d'avoir l'endurance nécessaire. En effet, selon l'affichage dans le Musée R, il y a 99 vaisseaux à débloquer. C'est une sorte d'arbre généalogique de la flotte de R-Type et il est déjà connu des vétérans de R-Type Final. Un détail sympathique est que vous pouvez vous promener dans le musée d'un point de vue à la première personne. Une mini-fonction similaire est la possibilité de donner un nom différent à chaque niveau. Il est possible de débloquer des navettes en échange de différents types de points pour avoir terminé des niveaux. L'achat de chaque vaisseau est soumis à des conditions supplémentaires, telles que l'achèvement d'un certain niveau. Certains sont également déverrouillables par mot de passe. Les navires spatiaux disposent de différentes combinaisons d'armes, de forces, de bits et de missiles. Ils sont donc adaptés à différents niveaux et à votre propre style de jeu. Et si un navire semble trop ennuyeux, vous pouvez le recolorer ou le décorer avec des autocollants. Pour sélectionner un vaisseau, vous devez encore l'affecter à l'un des 12 emplacements. Si vous voulez un treizième, vous devez radier un autre navire. Si tout cela ne suffit pas, vous pouvez bien sûr vous essayer au véritable objectif de nombreux joueurs de shmup : Le run 1cc (jouer tout le jeu sans continuer). Ceux qui s'attellent à cette tâche gigantesque devront y consacrer beaucoup de temps avant de pouvoir s'en approcher.

Une réalisation fonctionnelle.

La bande-son générique est l'un des éléments qui s'est le plus distingué lors du test. Cette direction a déjà été donnée dans R-Type Final et les rythmes de conduite de la variante SNES, par exemple, ont disparu depuis longtemps. De notre point de vue, un peu plus d'intensité aurait été bon. Cependant, il y aura certainement des joueurs qui approuveront la bande sonore comme étant plus atmosphérique. De plus, le jeu ne bénéficie pas toujours d'une bonne fréquence d'images et de temps de chargement. Il y a parfois des creux et des bégaiements. Surtout pour un jeu qui exige une grande précision, c'est décevant. De plus, chaque fois que vous mourez, l'écran se fige et vous attendez sensiblement votre réapparition. Indépendamment de la plate-forme, l'utilisation de l'Unreal Engine 4 aurait probablement du fournir plus d'effets graphiques. Surtout lorsqu'il s'agit de vaincre les ennemis de fin de niveau, des explosions à l'écran auraient été une belle récompense. Au lieu de cela, il y a une fanfare, tout au plus de petites explosions et une aura bleue autour du vaisseau. Et comme nous venons de le mentionner, même votre propre mort est assez peu spectaculaire.

Le niveau de difficulté divisera également les esprits. Comme nous l'avons mentionné, le jeu est très exigeant et demande un haut degré de persévérance dès que l'on s'aventure sur "Normal". Les joueurs de la vieille école et les vétérans ne seront pas surpris par cela, mais les étrangers au genre et les joueurs occasionnels verront leur tolérance à la frustration mise à l'épreuve, même si pour une fois, les textes écrans ont été localisés en français. A noter que l'édition physique du jeu comprend la bande-son officielle de R-Type Final 2 sur CD, l'Art Book à couverture souple "The Artwork of R-Type Final 2" et un boitier Collector. Il n'y a en revanche aucune optimisation PS5 à retrouver avec ce jeu.

VERDICT

-

Comme vous pouvez l'imaginer, R-Type Final 2 s'adresse aux fans de la série et du genre. Ceux qui aiment l'action de tir horizontal hardcore et qui ont la patience, la précision et le temps d'apprendre la route optimale seront servis ici. Dans ce cas, vous pouvez passer outre les lacunes techniques et vous amusez pour un temps, même s'il ne s'agit absolument pas du meilleur épisode de la série mais d'un bon jeu.

© 2004-2022 Jeuxpo.com - Tous droits réservés