Scarlet Nexus
Plate-forme : PlayStation 5 - PC - PlayStation 4 - Xbox One - Xbox Series X
Date de sortie : 25 Juin 2021
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action/Aventure
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


7.5/10

Dans un futur lointain, une hormone psionique octroyant des pouvoirs extrasensoriels est découverte dans le cerveau humain. Le monde tel que nous le connaissons a disparu.

Destins entrelacés.

Pouvoirs psioniques, sociétés futuristes, monstres à la physionomie absurde, deux protagonistes dont les histoires suivent des voies différentes : Scarlet Nexus est un ensemble intéressant de prime abod. Il y a deux mille ans, un événement choquant a changé la vie sur Terre pour toujours. La mystérieuse ceinture d'extinction est apparue dans le ciel, une sorte de brouillard inquiétant qui, au lieu de bloquer les rayons du soleil, a la particularité d'être le lieu de naissance des Autres, des créatures monstrueuses à l'anatomie illogique. Et qui devra combattre cette redoutable menace ? Nous, bien sûr, ou plutôt : Yuito Sumeragi et Kasane Randall, les deux protagonistes de Scarlet Nexus et les principales recrues de la Brigade d'élimination des Autres (BEA ou OSF dans l'original). Lorsque l'on commence une nouvelle partie, le premier choix que l'on doit faire est de savoir lequel des deux personnages on souhaite jouer, et cette décision n'est pas sans conséquences. Pour son titre, Bandai Namco a décidé de proposer non pas une, mais deux histoires qui, bien que partant de bases similaires, se séparent à plusieurs moments pour revenir se réunir dans les principaux points narratifs. Les deux ont également des styles de combat différents : Yuito est plus orienté vers la mêlée, tandis que Kasane est plus agile et experte à moyenne distance ; des différences qui, d'ailleurs, se reflètent également dans l'arbre de compétences, cette dernière apprenant des techniques beaucoup plus rapides comme le double saut et l'esquive aérienne. C'est le combat qui nous intéresse : ce dernier est certainement l'aspect le plus réussi de Scarlet Nexus. Déjà dans l'avant-première, nous avions imaginé qu'il serait intéressant de voir son évolution à des niveaux plus avancés, c'est-à-dire lorsqu'on nous offre plus de pouvoirs secondaires avec lesquels jouer, et nous ne pouvons que nous réjouir de voir comment nos prédictions optimistes se sont réalisées. Yuito et Kasane, en effet, disposent non seulement de leur psychokinésie (pour les moins enclins au grec, ou au langage des superpouvoirs, la psychokinésie est la capacité de déplacer par la pensée des machines) mais aussi des pouvoirs de leurs alliés, qu'ils peuvent partager grâce à un système appelé SAS.

Certains d'entre eux ont des effets d'application plus immédiate, comme la capacité d'améliorer nos attaques avec de l'électricité ou des flammes, tandis que d'autres ont des utilisations plus situationnelles et spécifiques. Tous, en tout cas, auront leur utilité et apprendre à les jongler sera essentiel pour sans sortir indemne les étapes les plus avancées du jeu. Les pouvoirs de nos alliés peuvent ensuite être rendus plus ... puissants en augmentant le niveau du lien : dans les phases dites " d'attente ", sortes de chapitres intermédiaires, nous pouvons entamer des conversations spéciales avec nos coéquipiers afin de renforcer notre lien avec eux et permettre à leurs SAS de gagner des propriétés et des attaques supplémentaires. Le combat, par conséquent, est définitivement un gros point en faveur de Scarlet Nexus, très mobile et un bon degré de spectaculaire, y compris des explosions enflammées, des coups de super-vitesse et, bien sûr, la capacité de jeter à nos ennemis tout ce qui arrive au tir. Oui, car s'il s'agit pour le SAS de donner du piment à l'action, il ne faut pas sous-estimer les pouvoirs des deux protagonistes, surtout quand on voit apparaître sur les objets du scénario l'indicateur blanc. Là, vous pouvez lancer des attaques spéciales dévastatrices comme, par exemple, utiliser un énorme lustre comme une toupie dévastatrice ou lancer une rame de métro désaffectée pour nettoyer les ennemis les plus coriaces (ou du moins les affaiblir juste assez). Bien sûr, tout n'est pas parfait et il y a quelque chose qui cloche dans le combat : le manque de précision, par exemple. Il arrive parfois que, bien qu'ayant une cible accrochée, notre personnage décide d'aller tirer des coups en l'air, ou peut-être qu'en attaquant il décide de se déplacer de manière à gaspiller notre position avantageuse et de se lancer directement sur l'attaque évitable d'un ennemi. De nombreux affrontements avec les boss ne sont pas comparables au reste du jeu pour la simple raison qu'ils suivent des règles différentes. Il est un peu difficile d'expliquer comment sans se plonger dans les spoilers, mais dès que vous y serez, vous comprendrez. Un peu plus de soin, en ce sens, porterait certainement l'excellent combat du Nexus écarlate à un niveau supérieur.

Une maison divisée.

Mais, puisque nous avons mentionné les spoilers, parlons un peu de l'histoire. Restant évidemment très général et évitant un maximum de détails, si au début l'intrigue nous verra engagés dans la lutte contre les Autres avec des missions de patrouille, qui servent en quelque sorte de tutoriel étendu, il ne faudra pas attendre longtemps avant que les événements ne prennent une autre tournure. Comme vous pouvez l'imaginer, en effet, la société futuriste de type cyberpunk et les thèmes dystopiques vont de pair, même lorsqu'il y a des superpuissances, et nous nous retrouverons donc rapidement embarqués dans une série d'intrigues et de complots qui n'ont pas grand-chose à voir avec les Autres et davantage avec la politique interne de la nation de New Himuka et le mystérieux culte de Togetsu. Bien qu'il faille reconnaître la décision d'avoir deux fils narratifs distincts, l'intrigue semble parfois inutilement complexe, et nous ne pouvons pas dire que nous avons trouvé les motivations de certains personnages convaincantes. Nous avons également trouvé que les fréquentes scènes d'interlude finissaient souvent par casser le rythme des combats, et que les dialogues auraient pu être condensés en passages plus courts, peut-être sans avoir besoin de la rupture brutale apportée par une cinématique. Ceci, cependant, est une question assez subjective : dans les JRPG du pays du Soleil Levant, même ceux à la déclinaison plus action comme Scarlet Nexus, la tendance de l'abondance du dialogue est un bien établi et nous ne pouvons pas le considérer comme un véritable défaut.

Un défaut un peu moins subjectif, cependant, est celui qui concerne le cade. Autant nous ne doutons pas que les équipes de Bandai Namco et de TOSE aient fait un bon effort en essayant de reproduire quelque chose qui pourrait rappeler les rues de Tokyo quand ils ont commencé à travailler sur Suoh, le siège de la FSE en particulier ne parvient pas à se distinguer beaucoup d'une ville cyberpunk générique. Les choses ne s'améliorent guère une fois partis à la chasse aux Autres : à l'exception de quelques endroits dans la seconde moitié du jeu, aucun des lieux où nous allons nous aventurer ne parvient à rester impressionnant. Dommage, surtout quand on sait que, durant la vingtaine d'heures nécessaire pour arriver à la fin du jeu avec l'un des personnages (un peu plus si vous êtes des joueurs plus patients) on se retrouvera plus d'une fois à revisiter des zones déjà vues. Et ce manque de variété des environnements est doublement choquant si on va le comparer avec le soin qui a été mis au contraire dans la conception des personnages et surtout des ennemis, ces inconnus dont on ne peut nier l'incroyable créativité visuelle, surtout en ce qui concerne un couple de boss vers la fin du jeu. Dans l'ensemble, cependant, Scarlet Nexus n'est pas un mauvais titre, au contraire, mais si seulement son excellent système de combat avait réussi à associer une plus grande attention aux détails, dans les décors mais pas seulement, nous aurions eu un très grand jeu entre les mains. Malgré cela, il ne manquera pas de divertir, et s'il y a une chose qui ne manque pas, c'est la durée de vie. La seule recommandation est que son style narratif ne rendra peut-être pas fous ceux qui sont moins habitués aux titres japonais.

VERDICT

-

Si vous voulez tabasser des choses et lancer des machines sur la tête de vos ennemis, Scarlet Nexus est un excellent choix. Son système de combat est sans doute son point fort, entre les exécutions à un taux élevé de spectaculaire et la nécessité de gérer les pouvoirs de nos alliés. Le jeu souffre un peu d'un manque général d'attention aux détails, et son style narratif aura du mal à convaincre ceux qui ne sont pas habitués aux JRPG japonais. Le choix d'avoir deux storylines différentes, cependant, est sans doute courageux, étant donné que la durée du jeu n'est pas négligeable.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés