Star Wars Jedi Knight : Jedi Academy
Plate-forme : Nintendo Switch - PlayStation 4
Date de sortie : 24 Avril 2020
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action/Aventure
Multijoueur :
Oui
Jouable via Internet :
Oui
Test par

Nic007


7/10

Prenez le contrôle d’un nouvel apprenti prêt à suivre les enseignements de la Force du Maître Jedi Luke Skywalker.

L'épilogue de la série Jedi Knight.

Dans une liste de jeux aux titres déroutants, celui-ci doit obtenir une note décemment élevée. La plupart des gens pensent que Star Wars Jedi Knight II : Jedi Outcast en est la suite, pour des raisons évidentes. Le fait est que Star Wars Jedi Knight : Jedi Academy n'est pas seulement la suite, mais est techniquement le quatrième jeu de la série (cinquième si vous comptez Dark Forces) publié en 2002 sur Xbox et PC, et développé alors par le studio Raven. D'abord, les grandes choses. Le combat au sabre laser est phénoménal, une nette amélioration par rapport au Jedi Outcast. Les plus grands ajouts sont les types et les styles d'armes. Vous commencez le jeu avec le sabre simple standard, mais au cours de la campagne, vous débloquerez des variantes de duel et de double lame. Chacune d'entre elles possède ses propres styles qui influent sur la vitesse d'attaque et les mouvements disponibles. Ceci, combiné avec le nouveau créateur de personnage personnalisé, vous permet de construire votre Jedi comme peu d'autres jeux Star Wars le permettent. Il est à noter qu'il est également possible d'utiliser diverses armes à distance, mais personne ne joue à ce jeu comme ça. Vous obtenez votre sabre laser au début de ce jeu, et la plupart des gens l'utilisent exclusivement jusqu'à la fin. Vous n'êtes plus un mercenaire, vous êtes un Jedi. Du moins sur le papier. Il y a de nombreux points forts des jeux Dark Forces/Jedi Knight, mais le meilleur a toujours été Kyle Katarn. Au cours de la franchise, nous l'avons vu évoluer d'un mercenaire endurci à un véritable maître Jedi. Projets secrets de Dark Trooper, révélations familiales, crises du Côté Obscur, il a tout traversé et est devenu le meilleur pour cela. C'est pourquoi la décision de Jedi Academy de passer de lui à un personnage personnalisé au passé vierge est malheureux. C'est logique, car tout le thème est centré sur la construction de son propre Jedi, ce qui ne pourrait pas être fait avec un personnage établi, mais le jeu manque cruellement du ton sarcastique de Katarn et des coups insultants. Bien qu'il fasse une apparition en tant que votre maître, il est relégué à l'enseignement et à l'exposition, ce qui est au mieux un mauvais service.

Jedi Knight : Jedi Academy peut être vu comme une extension de Jedi Outcast, bien qu'il soit possible de l'apprécier sans avoir joué à ce dernier. Il est souvent vu comme un add-on dans la mesure où le personnage que l'on y incarne dispose d'entrée du sabre laser et des pouvoirs de base de la force à leur intensité minimum. Ce personnage se nomme Jaden Korr. C’est un apprenti Jedi (un padawan) qui débarque au début du jeu à l’Académie, sur Yavin IV, afin de suivre la formation dispensée par le maître Kyle Katarn, protagoniste promu de Jedi Outcast. Dès la première cinématique du jeu, l'Académie est attaquée par Tavion (la disciple de Desann déjà affrontée, mais pas tuée dans le jeu précédent), armée d’un étrange sceptre et protégée par des Impériaux. On apprend rapidement des bouches de Luke Skywalker et de Kyle Katarn que Tavion a pris le commandement d’un culte sith (l'autre nom des jedis noirs) visant à réveiller le défunt et puissant seigneur sith Marka Ragnoss à l'aide du pouvoir de la force absorbé et concentré dans le sceptre de Tavion. Après une formation rapide à l'Académie, vous vous voyez confier une longue série de missions sur toutes sortes de planètes (dont la planète Hoth de L'Empire contre-attaque) au fil desquelles on en apprend davantage sur le culte tout en gagnant de nouveaux pouvoirs. Les ennemis sont très variés (on y croise par exemple plusieurs rancors, semblables à celui auquel Jabba donne ses prisonniers à boulotter dans Le Retour du Jedi) et les combats contre les Jedis noirs très, très nombreux avec un système de combat amélioré par rapport à celui de Jedi Outcast et un aspect escrime encore plus riche et réaliste.

Un multijoueurs solide, une campagne un peu frileuse.

Alors que chaque entrée était auparavant une lente combustion d'un parcours personnel, Jedi Academy saute directement dans l'action. Vous allez remplir divers contrats de mercenaires à travers la galaxie. Entre chacune des principales missions de la campagne, vous avez cinq missions contractuelles établies à travers des destinations bien connues des fans de la saga, bien qu'il ne vous faille en terminer que quatre pour progresser. Vous pouvez également les accomplir dans l'ordre que vous souhaitez. Sur le papier, cette idée semble excellente, mais sa mise en œuvre est, au mieux, médiocre. Chaque niveau semble très similaire du point de vue de la conception, et comme ils doivent être terminés à n'importe quel niveau de compétence, cela signifie qu'ils se jouent aussi de la même façon. Ils peuvent tous se résumer à un niveau très linéaire où il faut éliminer tout ce qui est en vue. Ce qui n'est pas très Jedi non plus. "Un Jedi utilise la Force pour la connaissance et la défense, jamais pour l'attaque", sauf s'il s'agit d'un groupe de Jawas, dans lequel tous les paris sont ouverts. Le jeu possède un côté RPG assez développé puisque les pouvoirs n'évoluent pas d'eux-mêmes comme dans Jedi Outcast. Il faut ici choisir quels pouvoirs on souhaite renforcer entre chaque mission, le choix étant donné entre côté clair (guérison, persuasion, protection et absorption) et côté obscur (épuisement, foudre, poigne et rage) de la force. A peu près au milieu du jeu, il est possible de choisir entre tuer ou laisser en vie un camarade de l’Académie, Rosh Penin, passé du côté obscur. Si vous l’épargnez, il vous faudra à la fin du jeu affronter Tavion alors que si vous le tuez, vous passerez du côté obscur et il vous faudra non seulement affronter Tavion à la fin du jeu, mais aussi Kyle, ce qui corsera grandement les choses en plus d’être immoral ! Autre customization possible : Jaden n’est pas forcément humain. Plusieurs races sont disponibles au début du jeu et le personnage peut être féminin. De même, la poignée du sabre et la couleur de son faisceau sont laissées au choix du joueur. En milieu de partie, on peut opter pour un second sabre ou pour un sabre à deux lames, le tout étant à nouveau personnalisable. 

Mais la vraie chose dont les gens se souviennent de Jedi Academy, c'est le multijoueur. C'était amusant et chaotique, avec un niveau de compétence élevé qui incarnait la facilité d'apprentissage, mais la difficulté à maîtriser. Cela est toujours ainsi, avec les modes et les fonctionnalités qui en ont fait un jeu épatant. Il y a quelques problèmes qui le freinent, mais il reste toujours aussi amusant. Le plus gros problème de déséquilibre dû au crossplay entre utilisateurs de PC et consoles a heureusement été corrigé avec un correctif DayOne. Le problème écueil est l'impossibilité de rejoindre les matchs entre amis. Vous pouvez soit commencer une partie en solo avec des bots (une fonctionnalité qui manque dans les jeux modernes), soit participer à des matchs entre amis. Il n'est pas non plus possible d'héberger un serveur ou de modifier les options côté serveur. Si vous vouliez simplement commencer un duel avec un ami, vous n'avez pas de chance. C'est très important car le plus gros problème ici est le manque de joueurs en ligne. Il y a suffisamment de personnes pour un duel ou un petit match de Free For All, mais si vous voulez une partie de Siege ou de CTF, pas de chance. Notez que l'édition physique proposée par Limited Run Games propose le jeu sur cartouche et un mode d'emploi en couleurs.

VERDICT

-

Star Wars Jedi Knight: Jedi Academy est un jeu non sans écueils. Le combat et la personnalisation des personnages sont superbes, mais la campagne manque de profondeurs par rapport aux précédents opus de la série. La partie multijoueurs s'avère étonnante ave beaucoup d'options pour un remaster d'un jeu datant de 2002, mais il n'y a pas assez de joueurs présentement sur les serveurs. C'est une production amusante sans aucun doute, et pour ceux qui trouvaient Jedi Outcast trop obtus ou qui trouvaient qu'il retardait trop longtemps le combat au sabre laser, c'est peut-être la solution.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés