Ion Fury
Plate-forme : Nintendo Switch - PC - PlayStation 4
Date de sortie : 19 Juin 2020
Résumé | Test Complet | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
FPS
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


7.5/10

Ion Fury, en digne héritier des shooters cultes des années 90 se moque éperdument des points de contrôle ou des chemins linéaires.

Duke Nukem sans Duke Nukem.

Ion Fury ne s'inspire pas seulement des FPS 2.5D des années 90, c'est un tireur 2.5D des années 90. Développé par Voidpoint, un studio composé de moddeurs vétérans de l'engion Build (le même moteur que celui utilisé pour créer Duke Nukem toutes ces années) et révélé par personne d'autre que 3D Realms, Ion Fury a toutes les caractéristiques d'une vague de tueries nostalgique, du moins une réminiscence. Ce FPS indépendant se délecte de la vitesse et du carnage de ses racines, offrant jusqu'à dix heures de mouvement et d'exploration incessants. Le sport précédemment connu sous le nom de Ion Maiden (vous pouvez deviner quel groupe a poursuivi les auteurs en justice) est techniquement une préquelle, servant d'histoire d'origine pour Shelly "Bombshell" Harrison, aperçue dans le shooter Bombshell de 2016. L'excellente nouvelle est que Ion Fury est une expertise beaucoup plus mémorable, principalement parce que le studio adore clairement la période à partir de laquelle ce FPS puise ses inspirations, en utilisant ses informations approfondies sur le moteur de construction pour intégrer autant d'éléments que faisable dans chaque pixel. Des rues baignées de néons aux bars et arcades enfumés, Neo DC - le décor du jeu - dégouline de caractère. Le scénario, car il y en a un, met donc en scène Shelly Harrison, qui a gagné son nom de code en désamorçant des bombes pour la Global Defense Force. Quand le maléfique cerveau transhumaniste Dr. Jadus Heskel libère les membres de sa secte cybernétique dans les rues de Neo DC, elle sait qu'il est temps de commencer à causer des explosions au lieu de les empêcher.

Ion Fury fonctionne avec une poignée d'améliorations contemporaines, comme les sauvegardes informatisés, les tirs à la tête et la possibilité de pratiquer la partie dans une qualité supérieure à celle des résolutions douloureusement réduites des années 90, mais il s'agit néanmoins d'un titre à l'ancienne et rafraîchissant. Que vous soyez un adepte de la "course au tir" ou que vous préfériez sortir de la verrière pour tirer sur un ennemi armé d'un lance-grenades avec votre revolver, Ion Fury ne vous tiendra pas par la main, même en cas de difficultés. Il s'agit d'un titre conçu dans l'esprit des FPS d'antan, avec bien sur peu de munitions et aucune santé se restaurant automatiquement. Il y a un peu de fond, bien que l'histoire soit très similaire aux aventures misogynes de Duke lui-même, c'est le mouvement et la conception de l'étendue qui font beaucoup parler. Les niveaux s'enchevêtrent à nouveau, révélant de nouveaux raccourcis et des pièces secrètes, ce qui donne un retour en arrière qui donne une sensation de pureté lorsque vous découvrez de nouvelles cartes à jouer pour ouvrir de nouvelles portes, amassant au fur et à mesure bien-être, armures et munitions. Ion Fury n'est pas vraiment audacieux avec ses énigmes - en fait, cela se résume simplement à ouvrir de nouvelles portes pour continuer sa route - et on se retrouve rapidement à espérer une chose plus importante que les précédentes énigmes environnementales.

Un conservatisme parfois jusqu'au boutisme.

Voidpoint a en fait poussé ce modèle de moteur Build à ses limites, et alors que chaque ennemi est avec succès une découpe de carton ambulante, il y a de petites touches qui favorisent en fait l'expérience, tout comme les résultats spectaculaires de la gestion du feu, notamment la façon dont on peut enflammer les ennemis avec des balles incendiaires avec un SMG surpuissant - et la façon dont frapper un ennemi avec un obus de fusil à pompe les fera échouer et les repoussera de plusieurs pas. Bien qu'elles se situent dans un monde dystopique rempli de paysages urbains inondés de néons et d'androïdes armés, les armes de l'arsenal d'Ion Fury sont étrangement agréables à manier, mais vous finirez par vous sentir légèrement dépourvu d'inspiration. Il y a votre gamme typique de pistolets, de fusils de chasse et de SMG, mais après quelques sessions avec un fusil de chasse très efficaces, vous n'avez plus qu'une seule chose à faire : être un peu plus inventif. Chacun arme a un mode de tir alternatif, mais Ratchet & Clank et Borderlands ont fait de nous des connaisseurs du switchage, et vous vous retrouvez à regretter que Voidpoint ait semblé un peu plus inspiré de Turok qu'à Duke Nukem en matière de gestion des armes. En outre, le moteur Build est particulièrement exigeant en matière de processeur, ce qui n'est pas vraiment la qualité des consoles actuelles, et il demeure encore quelques ralentissements sensibles sur Nintendo Switch lorsque vous passez un point de sauvegarde bien que la présence d'un premier patch a déjà amélioré l'ensemble. En mode portable, on pourra également trouver la taille des textes trop petite.

Certaines armes sont si puissantes qu'il est peu probable que vous les posiez au profit des toutes nouvelles que vous débloquez régulièrement en découvrant la campagne. Le fusil de chasse, que vous débloquez pendant la première demi-heure de la compétition, est si efficace, grâce à sa variété et à sa précision, que vous pourriez pratiquement tirer sur des ennemis lointains avec une balle bien placée. C'est agréable et responsabilisant pour le participant, mais cela va à l'encontre de l'objectif qui consiste à utiliser des armes complètement différentes pour divers ennemis et éventualités. Malgré tout le plaisir que procurent les niveaux eux-mêmes, les principaux combats de boss qui ferment chaque chapitre de manière positive ne sont pas aussi gratifiants. Leurs schémas respectifs ne sont pas très puissants à discerner, mais c'est néanmoins la meilleure façon dont chacun lance un flot illimité d'ennemis qui rend ces rencontres beaucoup moins agréables. Même la sauvegarde manuelle est rendue inutile dans ces épreuves de force et, le plus souvent, on se retrouve à vouloir qu'elles se terminent pour pouvoir revenir au jeu d'armes à feu plus gratifiant du sport principal. A noter que la version physique du jeu est livrée avec un artbook et une planche de stickers.

VERDICT

-

Si vous êtes à la recherche d'un FPS rétro qui n'est pas un portage d'un jeu Nintendo 64 d'il y a vingt-cinq ans, alors Ion Fury est une réponse parfaitement adaptée. Si ses armes et ses combats de boss ne laisseront pas beaucoup de traces dans vos souvenirs, la vitesse et la profondeur de ses combats et la complexité du level design font plus que compenser ses manquements.

© 2004-2020 Jeuxpo.com - Tous droits réservés