Gunblast Girls tome 1 : Dans ta face, minable !
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 25 Août 2017
Résumé | Test Complet | Images | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


7/10

Scénario et dessin : Didier Crisse
Couleurs : Fréderic Besson

Zdenka réunit sa bande de filles sauvages et sans loi. Le travail bien rémunéré semble très simple : il faut amener une adolescente sur une planète au sommet de sa gloire. Non seulement le tempérament des femmes leur cause des ennuis, mais la passagère possède aussi des capacités insoupçonnées qui éveillent certains désirs. Ainsi, le voyage devient de plus en plus une évasion. Avec Gunblast Girlsk Crisse lance une nouvelle série. Il a déjà prouvé qu'il pouvait mettre en scène des héroïnes féminines avec Atalante, Ishanti ou Luuna. Mais ces séries ont toutes pris places dans un cadre historique ou peuvent être assignées à la fantaisie. Avec les Gunblast Girls, non seulement il change de genre, mais il n'a plus une seule héroïne à gérer mais tout un groupe. Le fait que Crisse ne contrôle pas encore le groupe est malheureusement clairement perceptible. Leur leader Zdenka est clairement le centre d'attention et il a manifestement du mal avec d'autres personnages féminins. Elles ne sont rien d'autre que du personnel et n'ont pas de véritable personnalité. Même la protagoniste, qui est présenté dès le début et qui est probablement lié à un passé douloureux avec les femmes bandits, est visiblement repoussé à l'arrière-plan et les conflits possibles ne sont plus poursuivis. Vous avez donc l'impression que la quantité de protagonistes est un peu surchargée pour l'auteur.

De plus, le Space Opera est assez sexy, car les Gunblast Girls portent des tenues courtes, mais malheureusement la BD n'est pas aussi drôle qu'elle le voudrait, ce qui peut être ennuyeux de temps en temps. Au moins, il y a de belles citations et allusions postmodernes qui font référence à d'autres opéras de l'espace et à des films bien connus. Il y a un buste de Dark Vador, l'une des filles cite Bruce Willis de Die Hard, etc, ce qui donne une touche d'ironie à tout ça. Mais les autres blagues ne marchent pas toujours. Certains sont pré-pubères et le timing laisse à désirer. Il peut donc être amusant de placer dans les bonnes situations un gag courant, mais les proverbes permanents sur la prétendue authenticité des poitrines de l’un des personnages principaux toujours plus présents, sont une fin en soi, car ils ne correspondent pas à la situation et ne détonnent donc pas. En outre, le facteur "cool" des filles est plus impertinent que réellement tangible. Cela semble juste un peu trop tendu pour cela et il n'y a pas de volonté de tout gâcher. Comme peu d'employés sont capables de convaincre et qu'ils n'ont pas non plus de profondeur de caractère, il s'avère que c'est un avantage que Crisse prenne son temps dans le développement de l'intrigue principale. Sous la surface d'une histoire d'action plutôt stupide, de plus en plus d'intrigues se développent lentement et de plus en plus d'arrière-plans deviennent apparents. Comme les lecteurs ont toujours un avantage sur les héroïnes en raison de l'évolution constante des perspectives et des lieux, une certaine tension se fait jour. Mais le prélude ne sait pas vraiment comment faire ses valises. Les dessins sont routiniers et peuvent montrer de belles idées. Par exemple, lorsque le vaisseau spatial du bandit ressemble à une cloporte et fait ainsi référence à son image. De plus, les panneaux sont conçus de manière très dynamique et peuvent également convaincre dans les scènes d'action. Et Crisse a prouvé bien avant qu'il peut dessiner de belles femmes.

VERDICT

-

Les dessins sont merveilleux et lentement plusieurs couches se déploient sous l'histoire très teinté d'action. Cela étant, aussi bien les personnages que les blagues manquent de prestance dans ce premier tome. Un début intéressant mais perfectible donc.

© 2004-2020 Jeuxpo.com - Tous droits réservés