GoldenEye : Au Service du Mal
Plate-forme : Dual Screen
Date de sortie : 18 Août 2005
Résumé | Test Complet | Images
Editeur :
Développeur :
Genre :
FPS
Multijoueur :
Oui
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


6.2/10

"Pourquoi sauver le monde quand il est si facile de le dominer ?" nous dit Electronic Arts. Hé oui exit Bond place à un méchant !

Pourquoi GoldenEye ?

Ce "nouveau" GoldenEye n'est pas une suite du légendaire volet Nintendo 64 conçu par Martin Hollis, ancien chef de projet chez RareWare et maintenant big boss de Zoonami, ni une nouvelle adaptation du film sorti en 1995 avec Pierce Brosnan. Alors pourquoi GoldenEye ? En réalité l'agent que vous incarnez a perdu son oeil droit lors d'une mission contre le Dr No. Ce geste va profondément changer sa vie et notre agent va passer du côté obscur de la force. Il se voit donc remercier du MI6, et est recruté par Goldfinger, qui lui fait greffer un oeil en Or, utilisant toutes les dernières technologies. Progressivement dans l'aventure, vous gagnerez de nouvelles facultés (comme voir à travers les murs ou encore développer un bouclier magnétique). Goldfinger veut éliminer le Dr No, ça tombe bien vous aussi.

Première constatation le scénario est étrange. Dr No, Oddjob, Xena Onatopp,  Goldfinger, Pussy Galore, Zorin Corporation, etc ... ça fait un peu louche non ? Surtout que Bond a éliminé tous ses personnages dans le passé. Enfin toute cette mise en scène n'est là que pour un prétexte, tirer à tout va.

Au Service du Mal : l'anti GoldenEye 64

Si GoldenEye sur N64 demandait une certaine stratégie d'action, dans Au Service du Mal c'est tout le contraire. Les bourrins seront satisfaits car l'action ne manque pas et EA a conçu un système pour vous permettre de vous retrouver facilement. En effet une flèche jaune apparaît au milieu de l'écran indiquant la direction à suivre. Pourtant les différents niveaux ne posent pas une difficulté surhumaine, car en plus votre vie se régénère !

GoldenEye s'inspire également de Halo sur la gestion des armes. Par défaut vous disposez d'un petit pistolet (tir en pressant R) et de grenades (à lancer avec le bouton L), mais vous pouvez également récupérer des armes et munitions sur vos ennemis. Il vous suffira de presser à gauche sur l'écran tactile pour changer l'arme de gauche et à droite de l'écran tactile pour celle de droite. Parmi les armes disponibles, un harpon, une mitraillette, un lance roquette, un paralysant, bref le choix ne manque pas. Par contre le Walter PPK avec silencieux on le cherche !

Globalement l'Intelligence Artificielle est plutôt bonne. Les gardes savent se cacher et frapper au corps à corps (vous aussi), tout comme lancer des grenades ou même fuir. Vous pouvez même prendre un ennemi en otage en pressant au moment opportun le bouton Select, qui vous servira de bouclier humain. Mais que nenni cela n'empêchera pas les gardes de vous canarder. Vous pourrez toujours le balancer sur l'ennemi ou carrément dans le vide. On fait dans la finesse.

Ah si un point est identique à GoldenEye 64. Les corps disparaissent tout de suite comme par magie.

Un Eye pas si brillant.

Techniquement Au Service du Mal n'est pas... mal.  Cette version DS a été développé  par EA Tiburon et N-Space. Graphiquement le jeu a un certain cachet et reprend certains décors mythiques de la série James Bond. Tout n'est hélas pas parfait, les environnements oscillant du très bon au franchement moyen. L'animation elle ne faiblit pas et reste très fluide. Le nouveau moteur dit EVIL AI fait bien son boulot.

La jouabilité ne vous posera pas de problème particulier. On trouve vite ses marques avec la configuration tactile très simple d'utilisation. Précisons toutefois qu'il sera possible de jouer en digital en modifiant dans les options. Le jeu reste cependant un peu facile surtout que votre vie se restaure vite.

Le mode un joueur se terminera donc assez rapidement. On pourra le trouver répétitif étant donné le peu de stratégies apporté au jeu. Un mode multijoueur est bien présent, jouable jusqu'à quatre avec une seule cartouche. Vous trouverez le traditionnel Deathmatch, l' Arène (également jouable par équipe) sur plusieurs maps sympathiques. A noter que le degré de violence du jeu reste raisonnable et jamais gore.

Du point de l'ambiance, on dirait du James Bond mais ce n'est pas du James Bond, mal oblige. Il est d'ailleurs dommage de n'apercevoir Bond que quelques instants dans le jeu. Les bruitages sont eux concluants tout comme les doublages Français bénéficiant de voix très connus (mais très rares il est vrai). Des thèmes musicaux pas folichons et une orchestration indigne des capacités de la DS. Seul ou un deux morceaux sont audibles.

 

VERDICT

-

GoldenEye Au Service du Mal est un titre fort sympathique. Son gros problème c'est de s'appeler GoldenEye et ça le dessert un peu car la comparaison avec le titre Nintendo 64 est inévitable. Malgré un scénario assez original, ce titre est avant tout destiné aux fans de l'Agent Secret Britannique, la durée de vie du jeu étant assez courte.

© 2004-2021 Jeuxpo.com - Tous droits réservés