Devil May Cry 4 : Special Edition
Plate-forme : Xbox One - PlayStation 4
Date de sortie : 23 Juin 2015
Résumé | Test Complet | Images | Actualité | Commentaires
Editeur :
Développeur :
Genre :
Action
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Près de huit ans après la mouture originale, Devil May Cry 4 accueille une version remastérisée sur consoles.

Il était une fois.

Nero, jeune chevalier de l'ordre de l'épée, assiste à l'agression violente de son maître commise par Dante. L'Ordre, composé de "Chevalier sacrés", vénère le père de Dante, Sparda le Chevalier sombre, qui a défié l'Empereur il y a des milliers d'années. Alors que les rouages d'une terrible conspiration s'enclenchent, les destins de Dante, le héros bien connu, et de Nero, le nouveau personnage, vont vite se télescoper.

Devil May Cry 4 reprend les rouages de la série, c'est à dire de l'action explosive. A peine la partie débute t-elle qu'une horde d'ennemis sanguinaires se jettera sur vous et vous devrez très souvent les détruire tous pour continuer la progression (la zone de combat étant bloqué par des barrières rouges comme dans les précédents volets). Déconseillé aux moins de 16 ans, mais affichant une difficulté qui reste très raisonnable, un mode facile étant même présent, le concept de DMC4 apparaît toujours aussi défoulant huit ans après, les combos s'enchaînent rapidement, et un effort certain a été fait pour diversifier les armes et les styles de combats.  Rappelons que le jeu d'origine introduisait un nouveau personnage du nom de Nero. Qui est-il ? Un démon lui aussi, mais passé du bon côté. Dans la campagne principale, vous alternerez donc fréquemment entre les deux héros afin de repousser les forces du mal.  Pour être précis, le gameplay avec Nero se montre plus rustre qu'avec Dante. On pourrait même le qualifier de pendant "grand public" de son ainé, puisqu'il est quasiment invulnérable, passant rapidement de l'épée au fusil, sans compter qu'il peut attraper les ennemis à distance grâce à son bras démoniaque, le Devil Bringer. Autre modification, l'Exceed System qui permet de charger le coup d'épée, un peu comme Link dans Zelda mais en beaucoup plus destructeur. 

Le personnage de Dante a lui peu évolué et se veut très proche de DMC 3. On retrouve donc les quatre styles de combat modifiables à tout moment, afin de s'adapter à l'ennemi en présence.  Le gameplay est ici beaucoup plus subtil et précis. Mais comme Capcom n'a introduit aucun tutorial pour maîtriser les enchaînements de Dante, les petits nouveaux risquent d'avoir un peu de mal !  La "Special Edition" est également l'occasion de découvrir trois nouveaux venues, à savoir Trish, Vergil et Lady. Cette dernière est beaucoup moins mobile que les protagonistes masculins, et préfère jouer sur la distance avec différentes armes à feu (On avait déjà pu la voir à l'ouvrage dans DMC 3). Trish est quant à elle une spécialiste de la Sparda, une épée géante, et suit Dante depuis le premier épisode. Enfin, Vergil se déplace pour part comme un samouraï et se téléporte directement sur les ennemis (comme dans DMC 3 Special Edition). Quelque soit l'avatar choisi, il sera toujours possible d'acheter certains éléments grâce aux orbes rouges récoltées . Il y en a davantage dans ce Remaster que dans l'original), ce qui induit forcément une progression accélérée de l'aventure, sachant que tous les personnages la même barre de collectes d'orbes. Il faudra bien ça pour s'attaquer au mode "Chevalier Sombre Légendaire", offrant la possibilité d'affronter des vagues d'ennemis toujours plus nombreuses.

Une réalisation à la hauteur ?

Le confort visuel est amélioré par une résolution désormais en 1080p (et 60 fps). La réalisation technique s'avère toujours aussi dynamique, offrant des environnements riches en détails et une ambiance gothique du plus bel effet (les décors semblent tout droit sortis de la littérature Européenne du XIXème siècle). Malgré le ballet incessant de combats, l'animation ne ralentit jamais et se montre très dynamique, surtout avec la nouvelle option dite Turbo (déjà présente dans la mouture PC) qui augmente de 20% la vitesse du jeu. Les enchaînements se font avec assez de naturel, bien que les angles de caméra ne soient pas toujours bien choisis. La maniabilité, calquée sur les précédents volets, se montre très efficace, et relativement arcade, surtout avec Nero.

Musicalement la bande son se compose de rock gothique essentiellement, quant aux doublages américains, ils s'avèrent réussis mais n'excusent en rien la platitude des dialogues (les voix nippones sont également disponibles). Il faudra environ 15h pour finir le jeu, une moyenne assez honorable pour une production de ce genre, surtout que Devil May Cry 4 n'a pas trop perdu de ses ses qualités au fil des années.

VERDICT

-

Devil May Cry 4 : Special Edition reprend les bases de la série pour nous proposer un jeu d'action très nerveux. Les quelques nouveautés introduites permettent de rendre le titre plus accessible que ces prédécesseurs, et sur consoles nouvelle génération, le genre n'est pas encore si courant (excepté DmC justement). Cette édition fait son travail et nous permet de replonger dans l'un des grands titres de l'éditeur Capcom. Seul bémol, le jeu n'est disponible qu'en téléchargement en Europe, alors que les japonais bénéficient d'une sortie physique. Certains joueurs passeront donc par la case Import ...

© 2004-2019 Jeuxpo.com - Tous droits réservés