Hideout
Plate-forme : Bande Dessinée
Date de sortie : 27 Octobre 2011
Résumé | Test Complet | Actualité
Editeur :
Développeur :
Genre :
Bande dessinée
Multijoueur :
Non
Jouable via Internet :
Non
Test par

Nic007


8/10

Par Masasumi Kakizaki.

Hideout est un manga unitaire publié au Japon aux éditions Shogakukan. C'est une nuit très sombre. Sous une forte pluie, un homme déterminé part à la recherche de sa victime terrifiée. La décision de Kirishima Seiichi est claire : ce soir, il tuera sa femme. Il y a un an, il était un homme heureux - un écrivain à succès, un mari satisfait et le père d'un jeune garçon ... à cette époque, tout semblait aller bien pour lui. Mais un tel bonheur devait cesser. Le jour où son éditeur a mis fin à leur collaboration, l'obscurité s'est infiltrée dans sa vie plus rapidement qu'une balle. Une terrifiante descente aux enfers commence, page par page de ce qui semble être son dernier roman ...

Ce manga a une façon bien à lui de nous tenir en haleine. En effet, il utilise une superposition géniale de questions, de doutes et de situations différentes : suspense flamboyant ! Bien installés dans le récit, on bascule pourtant dans une autre histoire, c’est presque déstabilisant, c'est vraiment le point fort de ce volume. On pense savoir d’où vient l’horreur, on croit connaitre les personnages et on juge à qui se fier. Puis, par un scénario plus que réussi, on se perd, on découvre…l’horreur change de camp, l’épouvante change d’aspect. Les flashbacks sont très correctement utilisés, saupoudrés sur l’histoire, ils sont autant de lucarnes sur une facette sombre des personnages. Et puis, il y a une fois de plus un air de légende… « Cette île est souillée du sang de dizaines de milliers de soldats morts… » … « Il parait que ce sont surtout des vacanciers ! Ils s’aventurent par ici et on ne les revoit jamais… » Bref, vous l’aurez compris, ces montagnes recèlent plus de secrets qu’on ne le croit. Le tout servi par un visuel plus qu’appréciable. Les « mondes » sont séparés par deux teintes bien différentes : l’un sombre, l’autre plus lumineux. Mais ce que l'on avait aimé, ce sont les expressions des personnages. Les jeux de regards, le mouvement des lèvres. Puis il y a ce couloir, aux lumières artificielles, nous ne l'aurions pas imaginé différemment si on ne vous l’avait pas donné à voir. Il y a cette fille, qui est bien à plaindre de ne croiser que des dingues et des paumés… Et enfin, certaines doubles pages juste…scotchantes !

VERDICT

-

Grâce à la richesse du récit, une fois de plus, on ne s’assoupit pas. Il y a de quoi rester rivé aux pages. D’ailleurs, c’est ce que l'on vous conseille pour bien ressentir les ondulations de la situation.

© 2004-2022 Jeuxpo.com - Tous droits réservés